SOPK et trouble de la Thyroïde

Les troubles thyroïdiens et le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) sont deux des troubles endocriniens les plus courants chez les femmes. Ils peuvent également se manifester ensemble.

Les troubles de la thyroïde sont observés significativement chez les patientes atteintes de SOPK.


Fatigue, perte de poids, bouffées de chaleur, palpitations, ongles cassants, dérèglement des cycles peuvent être des symptômes indiquant des troubles de la thyroïde.


En France, 10 % de la population est touchée par un trouble de la thyroïde. Cette petite glande en forme de papillon, située à la base du cou, est l’un des chefs d’orchestre de votre métabolisme. Il sécrète des hormones chargées de réguler de nombreuses fonctions vitales telles que le rythme cardiaque, la digestion, etc.


Il existe deux types de dérèglement thyroïdien :

  • L’hyperthyroïdie correspond à une production d’hormones thyroïdiennes en excès provoquant une diversité de symptômes (fatigue, infertilité, perte de poids inexpliquée, soif exagérée, hypersensibilité, insomnies, diarrhées ,palpitations cardiaques, tremblements…).

  • L’hypothyroïdie correspond elle à un déficit d’hormones thyroïdiennes et provoque généralement l’inverse : frilosité inexpliquée, prise de poids, rythme cardiaque ralenti, douleurs articulaires, crampes, cycle menstruel perturbé, constipation, visage gonflé, difficultés de concentration, trous de mémoire, peau sèche ou encore perte de cheveux, ongles fragiles…


Pour contrôler votre thyroïde, il est nécessaire d’effectuer plusieurs prises de sang afin de contrôler la variation de votre TSH. Cet examen est indispensable pour diagnostiquer un trouble de la thyroïde. Le dosage des hormones T3, T4 s'avère également utile.


Mais quelles conséquences lorsque nous sommes atteint du SOPK et d’un trouble de la thyroïde ?


Lorsque l’on souffre du SOPK, il est conseillé, même en l’absence de ces symptômes de surveiller sa thyroïde.



Les troubles de la thyroïde, en particulier la thyroïdite d’Hashimoto, sont observés chez les patientes atteintes du SOPK

Les deux troubles sont liés à des problèmes de fertilité. Effectivement si elle est trop active, nous avons trop d’hormones et si elle est en sous-régime alors nous disposons de moins d’hormones qu’on ne le devrait. ce qui a un impact direct sur nos ovaires et l’ovulation.


La survenue combinée des deux maladies est également associée à un risque plus élevé de complications métaboliques graves.

Certains facteurs similaires, tels que la susceptibilité génétique et la sous-inflammation/autoimmunité, contribuent au développement du syndrome des ovaires polykystiques et de la thyroïdite d’Hashimoto , suggérant un lien pathogène potentiel entre les deux troubles courants.


Selon certaines études, les patientes atteintes d’un SOPK et de la thyroïdite d’Hashimoto montrent une sécrétion d'insuline et un niveau de résistance à l’insuline plus élevé que les patientes sans thyroïdite d’Hashimoto.



On constate alors que cumuler le syndrome des ovaires polykystiques et un trouble de la thyroïde n'est pas simple au quotidien. Il est parfois difficile de constater que nous perdons le contrôle sur notre propre corps. Chaque jour est différent et il faut s’adapter continuellement.

N’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel de santé pour essayer de trouver un équilibre et apprendre à mieux gérer les symptômes.


Est-ce que vous rencontrez des troubles de la thyroïde ?


Votre diagnostic a-t-il été posé avant ou après la découverte de votre SOPK ?

Partager nous vos expériences.


Sources:

Kowalczyk K, Franik G, Kowalczyk D, Pluta D, Blukacz Ł, Madej P. Thyroid disorders in polycystic ovary syndrome. Eur Rev Med Pharmacol Sci. 2017 Jan;21(2):346-360. PMID: 28165551.


Zeber-Lubecka N, Hennig EE. Genetic Susceptibility to Joint Occurrence of Polycystic Ovary Syndrome and Hashimoto's Thyroiditis: How Far Is Our Understanding? Front Immunol. 2021 Feb 26;12:606620. doi: 10.3389/fimmu.2021.606620. PMID: 33746952; PMCID: PMC7968419.


Gaberšček S, Zaletel K, Schwetz V, Pieber T, Obermayer-Pietsch B, Lerchbaum E. Mechanisms in endocrinology: thyroid and polycystic ovary syndrome. Eur J Endocrinol. 2015 Jan;172(1):R9-21. doi: 10.1530/EJE-14-0295. PMID: 25422352.


156 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout