La PMA et le couple

L’infertilité se vit à deux.


Simon, compagnon d’Aurélia, secrétaire générale de notre association, vous partage aujourd’hui son parcours avec une compagne atteinte de SOPK et d’infertilité.



“ Au cours d’une consultation chez le gynécologue, nous avons évoqué notre désir d’enfant, c’est à ce moment- là que nous avons appris l'existence de ce syndrome et les difficultés qu’il pouvait créer sur la fertilité.


Ma première réaction a été la peur, je ne savais pas de quoi il s’agissait, si c’était une maladie grave ou non, si ma copine allait souffrir, etc.

L’idée de ne pas pouvoir concevoir un enfant naturellement était aussi angoissante.


Au fil du temps nous avons découvert cette maladie et ses symptômes, tout aussi gênants et qui nous ont obligés à nous adapter dans notre quotidien. Mon préféré, ce sont les sautes d’humeur !


Après nous être informés, nous nous sommes engagés dans un parcours PMA, il était hors de question pour nous de vivre sans enfant. En avançant dans ce parcours, nous avons découvert qu’il n’était pas drôle et que nous étions loin de la joie des couples sans problèmes médicaux qui essaient d’avoir un enfant.


Nous vivons de nombreux moments de doutes, de disputes, c’est difficile ce sentiment de ne jamais voir de progression et cette impression que nous ne pourrons jamais atteindre notre souhait d’être parents. C’est aussi difficile de ne voir aucun remède à ce syndrome.


Malgré tout cela, on se soutient et nous tenons bon en gardant espoir. Je pense que le jour où nous apprendrons que cela à fonctionné et que nous allons avoir un enfant, nous serons les plus heureux du monde, après avoir enduré cette galère, nous serons également plus proches et soudés au sein de notre couple. Les problèmes de la vie quotidienne n’ont déjà plus la même importance, le sens de nos priorités ont changés avec cette infertilité “


Aurélia et Simon ont également souhaité profiter de ce témoignage pour vous donner quelques conseils, qui nous l'espérons vous seront utiles:


Entourez-vous, d’amis, de membres de votre famille, bienveillants et auprès de qui vous pourrez partager ce parcours si vous en ressentez le besoin.


Prenez du temps pour vous. Dans ce parcours, vous pourriez avoir tendance à vous oublier, mais vous existez au-delà de cette pathologie, de cette infertilité et il est important de continuer à vivre.


En tant que compagnon/compagne, votre rôle est également important et ce parcours, c’est aussi le vôtre, alors prenez place dans celui-ci, soyez un soutien, mais exprimez également lorsque vous ressentez, vous aussi le besoin de soutien.


Prenez soin de votre couple, prenez soin loin de l’autre, prenez du temps ensemble, continuez de sortir, de vous séduire et de partager des moments doux. Vous êtes en chemin pour devenir parents et vous êtes toujours un couple. Ne vous oubliez pas.


N’hésitez pas à consulter un thérapeute durant votre PMA. C’est un parcours qui n’est pas toujours simple et un soutien psychologique, peut-être d’une grande aide.


Pour clôturer cet article, Simon et Aurélia ont une très belle nouvelle à vous partager !


Un bébé s’est installé et viendra agrandir leur familles d’ici quelques mois 💙



106 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout